¤ Cinéma : une promesse ¤

Une promesse

une promesse

Synopsis

Allemagne, 1912. Un jeune diplômé, d’origine modeste, devient le secrétaire particulier d’un homme âgé, patron d’une usine de sidérurgie. L’état de santé du patron se dégrade et lui impose de rester à domicile. Il y accueil le jeune homme pour travailler. L’épouse du patron est une femme de trente ans, belle et réservée. Le jeune homme s’éprend d’elle, sans oser révéler ses sentiments. Dans le huis-clos de la demeure, couve cette passion amoureuse, sans geste ni parole, tout en regards et silence. Brusquement, le patron décide d’envoyer son protégé au Mexique, afin d’y superviser l’exploitation de mines de fer. L’annonce de ce départ provoque chez l’épouse une réaction désespérée. Le jeune homme réalise qu’il est aimé d’elle, lui aussi, en secret. Mais la présence du mari malade interdit à leur amour de s’accomplir ici et maintenant. l’épouse fait une promesse : au retour eu jeune homme, dans deux ans, elle sera à lui.

Le synopsis ainsi que l’affiche de ce film me tentait beaucoup… Je suis une grande romantique, et j’aime les amours impossibles ou contrariés.

Ce film est l’adaptation d’une nouvelle de Stephan Sweig, de 1929, Le voyage dans le passé.

L’Allemagne des années 1910…

A peine le film commence, et voici les spectateurs plongés dans l’univers de l’Allemagne des années 1910, plus précisément l’univers de la sidérurgie d’avant guerre.

J’ai un petit faible pour les histoires d’amours « d’époques », car je trouve qu’elles sont plus belles dans le sens où les désirs ne sont pas comblés immédiatement ! Et j’avoue qu’ici, j’ai été moi même comblée par cette histoire !

En 1912, Friederich Zeitz, qui est un jeune ingénieur, commence à travailler dans une grosse entreprise de sidérurgie. Très vite, il se rend indispensable à son patron, Karl Hoffmeister , ainsi qu’à la femme de celui-ci, Charlotte Hoffmeister.

Les deux jeunes gens commencent à avoir des sentiments l’un pour l’autre, même si cela n’est jamais vraiment expressément dit dans la première partie du roman.

Les décors du film sont tellement bien fait, que je me suis vraiment plongé dans cet univers de sidérurgie, un peu sale et bruyant, mais également dans l’univers d’avant guerre, où les carcans sociaux sont encore bien présents.

Une jolie histoire d’amour ….

Ce que j’aime particulièrement dans les films « d’époque », c’est la pudeur dans les sentiments et dans leurs expressions.

Les carcans sociaux sont très présents à cette époque, les sentiments s’expriment beaucoup moins librement que maintenant. Il n’y a pas de grandes effusions, pas de sexes.

Honnêtement, j’ai trouvé cela très beau, très « pure ».

Une réalisation réaliste mais qui manque de dynamisme….

Ce film est très bien réalisé, dans le sens où les émotions qu’il fait ressortir ne semblent pas factices. Tout le film est vraiment réaliste !

Les scènes dans l’usine de sidérurgie semblent vraies, on s’y croit vraiment ! J’ai adoré avoir l’impression d’être totalement immergé dans cet univers !

Les scènes où les deux « amoureux » sont en présence du mari de la jeune femme sont totalement surréalistes. Bien qu’il n’y ait jamais aucun contact entre les deux jeunes gens, il y a quand même entre eux une tension amoureuse bien palpable, et le mari sans rend compte bien sur ! (peut être a t-il même provoqué cette rencontre).

Cette ambiance rend un peu mal à l’aise, comme si nous étions à la place du mari ou un personnage du film….

La tension amoureuse est également bien ressenti, c’est fort et intense….

Par contre, j’ai trouvé que même si la réalisation était réaliste, qu’elle manquait un peu de dynamisme ! Ici, nous sommes surtout dans le contemplatif. C’est voulu, mais j’avoue qu’un peu plus d’actions ne m’aurait pas déplu !

Des acteurs…. de vieilles connaissances ….

Le personnage principal, Friederic Zeitz, est interprété par Richard Madden. Quelle surprise ! Pour ceux qui ne voient pas de qui je parle : il s’agit de Rob Starks dans GOT ! Sans sa barbe et sa peau de loup, on pourrait presque ne pas le reconnaître ! Quel changement de look !

Lotte Hoffmeister est interprété par Rebecca Hall. Je ne connaissais pas cette actrice, mais je trouve qu’elle a beaucoup de classe dans le film. L’actrice est tout simplement parfaite dans ce rôle !

Le vieux mari compréhensif, Karl Hoffmeister est joué par Alan Rockman. C’est le retour de Severus Rogue (HP). Ce fut un vrai plaisir de le retrouver dans ce film, car c’est un très grand acteur, avec beaucoup de talent !

Ma note : 7/10

Une très belle histoire d’amour, toute en pudeur et en délicatesse ! Dommage que la réalisation manque un peu de dynamisme.

Roxou06

une promesse bis

Publicités

Une réflexion sur “¤ Cinéma : une promesse ¤

  1. Pingback: ¤¤ Mercredi, c’est cinéma ! ¤¤ 11/06/2014 | La vie en rose

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s