¤ Chronique littéraire : Quand viennent les cyclones, Anita Nair ¤

 

 

Auteur de livres à succès, Mîra doit avant tout son statut social à son mariage avec Giri, cadre dirigeant d’une multinationale. Lorsqu’il la quitte brutalement, elle assure seule la survie matérielle de sa famille et prend peu à peu conscience du carcan dans lequel l’avait enfermé son rôle d’épouse exemplaire. Sa route rencontre alors celle du Pr J.A.Krishamurty, alias Jack, climatologue expert en cyclones, dont la fille de 19 ans est dans le coma après avoir été sauvagement attaquée sur une plage. Un voile de silence et de peur entoure l’agression de cette jeune militante féministe, que la police ne peut -ou ne veut – élucider. Mîra et Jack vont comprendre progressivement que leurs destinées sont étrangement liées….

.

Quand je suis passée à la Librairie (alors que je n’avais clairement pas besoin d’ajouter de livres sur ma PAL), j’ai été intriguée par la couverture colorée de ce livre ! Mais pourquoi est ce que je choisis mes livres à la couverture !

.

L’histoire avait l’air sympa également, et je me suis dis que pour un livre de poche je ne risquais pas grand-chose… enfin, à part une déception !

.

Une plongée en Inde

.

L’Inde est un pays que je connais assez peu. J’ai rêvé, comme bon nombre d’entre nous devant les photos des paysages de ce pays, j’ai écouté quelques musiques et vu un ou deux films de Bolywood. Mais à part cela, c’est un mystère pour moi.

J’ai donc été interloqué par le sujet et le lieu de ce livre, ce qui a en partie guidé mon choix de lecture

.

Dans ce roman, nous allons suivre en parallèle deux personnages, qui vont se croiser à plusieurs reprises.

.

Tout d’abord, nous avons Mîra. Cette mère de famille modèle, coincé dans un carcan social dans lequel elle ne se sent pas bien, voit sa vie bouleversée quand son mari disparaît, sans explication. Elle doit alors faire face à une Inde où la femme seule n’est pas forcément bien vu et où elle doit se débrouiller seul pour faire vivre sa famille et ses enfants.

.

De l’autre côté, nous suivons également Jack (c’est un surnom). Ayant quitté dans sa jeunesse l’Inde à cause de traditions trop lourdes pour lui, il a fait sa vie en Amérique. Contraint de revenir pour s’occuper de sa fille qui a eut un grave accident, il ne cesse de chercher la vérité sur celui-ci et se heurte à une loi du silence qui sévit dans ce pays.

.

En parallèle, nous suivons également des personnages de leur famille…

.

Une Inde entre modernise et tradition

.

Dans ce roman, nous avons donc affaire à un pays moderne, avec tous les équipements qui vont avec (à la maison, hôpitaux, véhicules…), mais qui se débat encore dans des traditions très fortes et dans lesquels la femme et les classes « inférieurs » n’ont pas leur place.

Cet affrontement entre les deux aspects de ce pays est particulièrement perceptible dans certaines parties du roman, un peu moins dans d’autres. Cela dépend en fait dans quelle partie de la population l’on se trouve. (même si les castes sont officiellement abolies depuis les années 50).

J’ai trouvé cela particulièrement intéressant de voir les deux visages de ce pays.

 

Une narration brouillonne

 

C’est là ma plus grosse déception. Autant le sujet aurait pu être super intéressant si la narration tenait la route, autant là, c’est une catastrophe.

N’ayant pas l’habitude des noms indiens et des termes utilisées pour désigner certaines personnes, j’ai été perdu à plusieurs reprises, mais au bout de quelques pages, j’ai réussi à m’y faire.

Le problème, c’est que la narration évoque plusieurs personnages, avec chacun leur histoire propre, à différentes époques historiques. Il aurait fallu soit une typographie soit des chapitres bien indiqués pour que le lecteur s’y retrouve !

Ici, l’auteur passe d’un personnage à l’autre, d’une époque à l’autre, dans réel fil conducteur et sans aider le lecteur à suivre ! Donc plusieurs fois je me suis retrouvée un peu perdu !

Et honnêtement, c’est clairement rédhibitoire dans une lecture !

 

Verdict : 4/10

Une vraie déception pour ce livre ! L’histoire était pourtant intéressante, car elle pointait le doigt sur certaines réalités qui nous semble choquante vue de chez nous !

Cependant, la narration est brouillonne, et cela m’a agacé ! J’ai eu beaucoup de mal à finir ce livre…

 

Informations Livre

,,

Titre : Quand viennent les cyclones

Auteur : Anita Nair

Date de sortie : 2013

Éditions : Livre de Poche

Format : Poche

Prix : 7,60 €

Ma note : 4/10

 

 

 

Publicités

5 réflexions sur “¤ Chronique littéraire : Quand viennent les cyclones, Anita Nair ¤

  1. Dommage! C’est vrai que les livres ou l’on apprend des choses sur un pays et ses coutumes m’intéressent, mais là, je passe mon tour! Moi aussi j’aurais pu me laisser convaincre pas la couverture…

    J'aime

  2. C’est vraiment dommage. Après, j’avais vu ce livre mais pour une raison inconnue il ne m’avait pas attiré plus que ça. Je dois avoir un super instinct (XD la fille trop modeste). en tout cas, j’espère que ta lecture actuelle t’emporte plus que celui ci =)

    J'aime

  3. Pingback: C’est lundi ! Que lisez-vous ? ¤ S27 ¤ | Ma vie en rose

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.