¤ Chronique littéraire : Le météorologue ¤

A priori ce n’est pas un livre que j’aurais été lire de moi-même. Ce livre fait partie de la sélection du Prix France Inter 2015, je l’ai donc découvert avec curiosité…
Synopsis gros

 

Son domaine c’était les nuages. Sur toute l’étendue immense de l’URSS, les avions avaient besoin de ses prévisions pour atterrir, les navires pour se frayer un chemin à travers les glaces, les tracteurs pour labourer les terres noires. Dans la conquête de l’espace commençante, ses instruments sondaient la stratosphère, il rêvait de domestiquer l’énergie des vents et du soleil, il croyait « construire le socialisme », jusqu’au jour de 1934 où il fut arrêté comme « saboteur ». À partir de cette date sa vie, celle d’une victime parmi des millions d’autres de la terreur stalinienne, fut une descente aux enfers.

Pendant ses années de camp, et jusqu’à la veille de sa mort atroce, il envoyait à sa toute jeune fille, Éléonora, des dessins, des herbiers, des devinettes. C’est la découverte de cette correspondance adressée à une enfant qu’il ne reverrait pas qui m’a décidé à enquêter sur le destin d’Alexéï Féodossévitch Vangengheim, le météorologue. Mais aussi la conviction que ces histoires d’un autre temps, d’un autre pays, ne sont pas lointaines comme on pourrait le penser : le triomphe mondial du capitalisme ne s’expliquerait pas sans la fin terrible de l’espérance révolutionnaire.

 

chronique biz

Ce livre va nous raconter Alexéï Féodossévitch Vangengheim, un météorologue très connu en URSS.

Ce météorologue fait beaucoup pour son pays : il a mis des balises météo un peu partout sur le territoire, permis à des ballons de décoller… c’est donc un grand scientifique russe. Mais en cette période troublée, la moindre rumeur ou le moindre signalement peut conduire au pire, et il en ferra la douloureuse expérience.

.

Je suis très mitigée à propos de ce roman, ma chronique va donc être relativement courte. Et j’ai d’ailleurs du mal à la rédiger.

.

Je n’ai tout simplement pas vraiment accroché au style de l’auteur. Que voulez-vous, il en faut pour tous les goûts…

J’ai trouvé que cela manquait de rigueur dans la narration : on passe du voyage de l’auteur dans le pays, à emprisonnement de Alexéï Féodossévitch Vangengheim, puis retour dans le présent. Je n’ai pas trouvé tous ces mouvements dans le temps et l’espace très utiles, et en fait, cela m’a lassé…

J’ai donc laissé ce livre de côté pendant quelques semaines, avant de le reprendre (car je n’aime pas laisser un livre inachevé).

L’auteur est présent dans l’histoire, vu qu’il raconte sa découverte de ce météorologue, son voyage en Russie et son amour pour ce pays.

.

Après, au niveau du sujet traité, je l’ai trouvé vraiment intéressant. En effet, nous avons tous étudié l’URSS et les méfaits/bienfaits du régime totalitaire de Staline. Mais je n’avais encore jamais lu de livre qui nous plongeait au cœur de ce système.

Nous suivons donc le météorologue durant sa captivité, ses pensées (à travers des extraits de ses courriers), ainsi que ce qui s’est passé après sa disparition, avec la recherche de vérité de sa fille.

Ce qui m’a le plus surprise, c’est le nombre important de prisonniers dans ce pays, mais aussi que la plupart du temps, ils ne savent pas pourquoi ils sont en prison. La découverte de « quota » pour éliminer des personnes cibles m’a fait froid dans le dos ! Une horreur …

.

J’aurai bien aimé en savoir plus sur la vie d’avant de cette personne. En effet, le livre titre avec son métier, mais au final, nous n’en savons pas grand-chose. Cela m’a un peu frustré, surtout que j’ai trouvé que l’auteur avait tendance à appuyer sur certains détails qui n’avaient pas trait à son histoire…

verdict

Ce livre est assez difficile à chroniquer pour moi. En effet, j’ai aimé le fond, mais pas la forme. J’ai eut du mal à lire ce livre, car je n’accrochais pas du tout au style d’écriture, mais certains vont adorer, c’est une histoire de goût. Ce fut donc une lecture laborieuse, et malgré mon intérêt je n’ai pas beaucoup éprouvé de plaisir. La première moitié du livre est compliquée à digérer, mais la seconde plus facile à lire, car j’ai commencé à m’habituer à ce style !

 

Et puis, ce n’est pas la faute de l’auteur, mais tous ces noms russes, ce n’est pas facile à suivre !

Roxou

prix france inter 2015

Publicités

5 réflexions sur “¤ Chronique littéraire : Le météorologue ¤

  1. Pingback: C’est lundi ! Que lisez-vous ? ¤ S21 ¤ | Ma vie en rose

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s