¤ Chronique littéraire : La brigade du rire, Gérard Mordillat ¤

SDC12670 bis

Titre : La brigade du rire
Auteur : Gérard Mordillat
Date de sortie : 2015
Éditions : Albin Michel
Format : Broché
Prix : 22,50 €
Ma note : 16/20

 

 

Bonjour à tous !

 

Ce livre m’a été prêté et lu dans le cadre du Comité de lecture dans lequel je suis.

Cette lecture fut ma découverte de l’auteur, auteur que je ne connaissais pas du tout. Et je dois avouer que ce fut une jolie découverte.

Synopsis gros

 

Il y a Kowalski, dit Kol, Betty, licenciée de l imprimerie où elle travaillait. Dylan, prof d anglais et poète. Les jumelles Dorith et Muriel, pour qui la vie est une fête permanente. L Enfant-Loup, coureur et bagarreur. Suzana, infirmière en psychiatrie. Rousseau, beau gosse et prof d économie. Hurel, industriel, lecteur de Marx et de Kropotkine. Ils sont chômeurs, syndiqués, certains exilés, tous ont été des travailleurs. Pas des « cocos », ni des militants. Des hommes et des femmes en colère, qui décident de régler leur compte à cette société où l autorité du succès prime sur celle du talent. Des samouraïs, des mercenaires, une redoutable fraternité constituée en Brigade du rire. Leur projet ubuesque et génial tient à la fois de la supercherie que de la farce grotesque : kidnapper et faire travailler Pierre Ramut, l éditorialiste vedette de Valeurs françaises, et, dans un bunker transformé en atelier, l installer devant une perceuse à colonne pour faire des trous dans du dularium. Forcé de travailler selon ce qu il prescrit dans ses papiers hebdomadaires semaine de 48h, salaire de 20% inférieur au SMIC, productivité maximum, travail le dimanche , Ramut saura désormais de quoi il parle…
Le héros de ce roman c est l amitié qui unit cette ancienne équipe de hand-ball ; L héroïne, cette comédie loufoque, ce pied de nez à un système pétri de contradictions et enfermé dans ses convictions. Dans une grande fresque tragi-comique, fidèle à son univers Vive la sociale, Les Vivants et les Morts Gérard Mordillat parle du monde d aujourd hui, de ses injustices, de ses luttes, de ceux qui refusent de se soumettre et se vengent d’un grand éclat de rire.

chronique biz

 

Je lis beaucoup et des genres très différents. Mais c’est finalement assez rare que je lise du Contemporain mettant en scène des personnes « normales ». Je trouve que cela manque parfois un peu d’évasion.

Dans ce livre, les personnages sont donc normaux, mais également un peu triste et peu intéressant, le genre de choses que j’ai tendance à fuir habituellement.

Les différents personnages sont tous issus de la classe moyenne : prof, mécanicien, ouvrier … ils ont vécu des événements douloureux dans leurs vies personnelles ou professionnelles et ont envie de prendre leur revanche.

Quand un journaliste connu qui se veut économiste, critique sans cesse les personnes qui travaillent, publie la critique de trop pour le groupe d’amis que nous suivons, qui décident de lui donner une bonne leçon ! Ramut va apprendre ce qu’est réellement le travail.

 

Le lecteur suit de nombreux personnages, il m’a dont fallut un peu de temps pour arriver à distinguer leurs particularités et histoire parmi l’abondance de détails que donne l’auteur… une fois cela fait, ce livre est vraiment « riche ». En effet, les personnages sont tous différents, et j’ai ressenti le travail de recherche et d’écriture de l’auteur.

Certes, ces personnages sont assez « normaux » par rapport à ce que je lis habituellement, mais j’ai vraiment accroché avec eux ! Cette aventure va leur permettre de se retrouver aux mêmes et d’envisager de nouvelles opportunités dans leurs vies … 

 

Ce groupe d’amis, c’était perdu de vue depuis le lycée, mais leurs retrouvailles sont chaleureuses et ils n’ont rien perdu de leur amitié ! Ils décident donc d’enlever le journaliste Ramut, qui a une vie de rêve, et de lui apprendre la valeur du travail ! J’avoue que j’ai été sidéré par leur idée, mais aussi de la façon dont ils la mettent en œuvre sans se faire prendre !

J’ai beaucoup aimé également le parallèle entre la vie de Ramut et de sa femme, et du groupe d’amis moins aisé mais peut être plus heureux finalement !

 
Ce livre est presque une leçon de vie, en tout cas je le prends ainsi… voir cela me fait me rendre compte que je ne prends peut être pas assez les bons côtés de ce qui m’entoure !

 

verdict

Ce livre fut une réelle surprise ! Je ne m’attendais pas autant a apprécié car c’est un auteur dont je n’avais jamais entendu parler, et ce genre d’histoire pleine de réalité ne me convient pas toujours. 

Je recommande chaudement !

 

Roxou

 

Publicités

6 réflexions sur “¤ Chronique littéraire : La brigade du rire, Gérard Mordillat ¤

  1. Je suis comme toi, je fuis ce genre de personnages banals généralement. Et je n’aime pas entrer dans le « cliché ». En lisant ta critique, j’ai eu l’impression que c’était un peu ça : si vous êtes « pauvre », vous travaillez dur mais vous êtes heureux et si vous êtes « riche » vous ne trouvez forcément pas le bonheur. Bref, est-ce que c’est ça ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s