¤ Chronique littéraire : Ce cœur changeant, Agnès Desarthe ¤

Titre : Ce cœur changeant
Auteur : Agnes Deshartes
Date de sortie : 2015
Éditions de l’Olivier
Format : Brochet
Prix : 18 €
Ma note : 9/20

 

 

Bonjour à tous !

J’ai lu ce livre dans le cadre du Comité de lecture de Terres de Paroles. Ne connaissant pas l’auteur, j’avais hâte de découvrir ce livre !

terre de paroles

 

Synopsis gros

 

C’est une histoire qui commence en 1889 à Soro, au Danemark. Et qui se termine en 1931, au même endroit : la « maison » Matthisen, demeure ancestrale d’une vielle famille de la noblesse. Trois femmes occupent les rôles principaux : Mama Trude, la grand-mère ; Kristina, la mère, qui épouse un officier français, René de Maisonneuve ; leur fille, Rose. A 20 ans, Rose quitte le manoir familial et part vivre à Paris. C’est elle l’héroïne de ce roman mené tambour battant, et qui la conduit d’une fumerie clandestine d’opium à un appartement bourgeois de la rue Delambre où elle vit en couple avec une femme, Louise, avant de recueillir une enfant trouvée, Ida, qui deviendra sa fille. C’est le début du siècle – l’affaire Dreyfus, la guerre de 14, les années folles, les voitures Panhard-Levassor, le féminisme – qui défile en accéléré, mais sans jamais tomber dans la reconstitution historique. Car le vrai sujet de ce formidable roman, c’est le destin de Rose et la manière dont elle parvient, petit à petit, à en déchiffrer le sens. Porté par un style d’une grande vivacité, une écriture sensuelle et colorée, ce livre est celui d’un écrivain au sommet de son art.

chronique biz

 

Ce livre est une des sorties littéraires de septembre 2015 et il a remporté le prix littéraire du Monde… Tout cela est donc positif, et j’ai commencé ce livre avec beaucoup d’espoir…

 

Pour commencer, je n’ai pas compris dans quel genre ce livre se classait. D’après la description et le synopsis, je pensais lire une histoire qui plongeait le lecteur dans une époque historique, avec vraiment une imbrication de l’Histoire et de l’histoire… et bien non, rien de cela.

Certes les personnages évoluent entre 1900 et 1930, mais c’est à peu près tout. Le lecteur à quelques aperçus de la guerre (très rapidement) et des années folles, mais c’est tout ! Je suis donc assez déçue de cela.

 

L’auteur nous entraîne dans une saga familiale (ou presque) sur plusieurs décennies. Cela faisait longtemps que je n’en avais pas lu, et j’aime assez lire ce genre de livre, car je trouve que ce sont des histoires souvent très riches et fournies. Mais décidément, ce livre ne m’aura laissé aucun souvenir.

 

Nous suivons Rose durant son aventure parisienne, qui commencera à l’aube de ses 20 ans, quand elle quitte la sécurité paternelle pour se lancer toute seule dans la vie. Et rien ne se passera comme prévu. Elle arrive sans connaissances, sans argent et sans rien dans la capitale française, toute innocente et immature…

À partir de là, nous allons suivre sa vie, entre hauts et bas, pauvreté et richesse, décadence et gloire…

De plus, il y a beaucoup de flash back, avec des visions de son enfance, de ses parents qui ne s’entendaient pas, de la nounou qui l’a élevé…

 

Je suis tellement déçue par ce livre que je ne sais même plus comment tourner ma chronique. Ce que je trouve dommage, c’est la pâleur de l’héroïne. En effet, il me semblait que Rose était une femme intelligente et cultivée, et durant tout le livre, j’ai eu l’impression qu’elle se laissait porter par les événements, spectatrice de sa propre vie. Durant tout le livre j’ai eu l’impression qu’elle ne prenait aucune décision. Elle se retrouve plusieurs fois dans la misère, car elle prend de mauvaises décisions et quand elle en sort, ce n’est jamais grâce à elle mais à une connaissance qui la sauve ! Et durant toutes ses périodes noires, je n’ai jamais compris pourquoi elle n’appelait pas sa famille !

Nous avons des aperçus de la vie qu’elle a menée durant son enfance et son adolescence, entre la Suède, la France et l’Afrique, mais cela n’explique pas le pourquoi de ses choix !

Spoil

Dans les derniers chapitres, nous avons le droit à une énième chute de l’héroïne, mais miracle, c’est son choix cette fois ! Et nous assistons à la rédemption de ses erreurs avec l’arrivée d’un enfant et le nouveau départ de Rose dans la vie… cela ne m’a pas convaincu.

Fin du spoil
Ce que j’ai regretté, c’est que l’auteur nous entraîne dans la descente vers la misère de notre héroïne trop de fois … Nous en revenons toujours au point de départ. Certes Rose se relève (pas de son fait) mais elle retombe toujours !

J’ai trouvé cette histoire franchement déprimante et je n’ai pas du tout aimé.

 

Extrait
Rose avait voyagé toute la nuit. Lorsqu’elle sortit de la gare de Lyon, elle cligna des paupières, aveuglée par le soleil blanc d’automne. De dos, on ne lui aurait pas donné plus de douze ans, à cause de sa petite taille et de son squelette menu, à cause aussi de la grâce inaltérée de son port de tête, haute et droite sur la colonne, prête pour l’étonnement. De face, on l’aurait crue âgée de seize ans, car elle avait encore des joues, mais quelque chose dans son œil, une lueur spéculative, indiquait un souci du monde que seuls les adolescents possèdent.

verdict

 

Un livre que j’attendais avec impatience et qui fut une énorme déception ! C’est rare que je sois autant déçue, mais là c’est presque épidermique !

Nous en avons discuté lors du Comité de lecture, et j’ai des collègues qui ont adoré, comme quoi tous les goûts ne se discutent pas…

 

Roxou

 

Advertisements

17 réflexions sur “¤ Chronique littéraire : Ce cœur changeant, Agnès Desarthe ¤

  1. J’aime bien les sagas familiales, et la période aurait pu m’attirer, mais après avoir lu ton avis je suis beaucoup moins tentée. Je pourrais te conseiller Le Récital des Anges de Tracy Chevalier si tu ne l’as pas déjà lu. Là aussi c’est l’histoire d’une famille, et principalement de la mère et de sa fille, en Angleterre à l’époque des suffragettes. Ce bouquin m’a tenue en haleine du début à la fin. 🙂

    J'aime

  2. En lisant le résumé je me suis dis « oh ce livre a l’air super », mais ta chronique m’a refroidie. Je m’attendais aussi à une fiction historique. J’aime bien les sagas familiales mais bon, si l’héroïne est aussi passive, ça ne m’intéresse pas.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s