¤ Chronique littéraire : Catharsis, Luz ¤

 

Titre : Catharsis
Auteur : Luz
Date de sortie : 2015
Éditions Futuropolis
Format : Brochet
Prix : 14.50 €
Ma note : 20/20

 

 

Bonjour à tous !

 

Aujourd’hui, ce sera une chronique littéraire assez particulière. En effet, je vais vous présenter une BD que j’ai lu grâce à « La Bd fait son festival », organisé par Priceminister. Je ne lis quasiment jamais de BD donc c’est l’occassion d’élargir mes horizons …

 

Synopsis gros

 

Un jour le dessin m’a quitté, le même jour qu’une poignée d’amis chers. À la seule différence qu’il est revenu, lui. Petit à petit. À la fois plus sombre et plus léger. Ce livre n’est pas un témoignage, encore moins un ouvrage de bande dessinée, mais l’histoire de retrouvailles entre deux amis qui ont failli ne plus jamais se croiser.

chronique biz

Cette chronique est très difficile à rédiger. En effet, j’ai reçu la Bd Catharsis, de Luz.

 

Catharsis ? Qu’est ce que c’est ? Je suis donc allée voir mon ami Wikipedia :

« La catharsis  signifie « séparation du bon d’avec le mauvais ». À l’ère moderne, en psychanalyse, à la suite de Sigmund Freud, la catharsis est tout autant une remémoration affective qu’une libération de la parole, elle peut mener à la sublimation des pulsions. En ce sens, elle est l’une des explications données au rapport d’un public à un spectacle, en particulier au théâtre. »

 

Dans notre cas, je pense qu’il s’agit d’une « libération de la parole », pour Luz, qui a perdu de nombreux amis lors des attentats visant Charlie Hebdo.

 

C’est en ce sens qu’une chronique d’un tel ouvrage est difficile ! Cette BD ne raconte pas une histoire. C’est une accumulation de dessins de Luz, sur le thème des attentats et sur la période de deuil qui a suivit… sur comment Luz a réussit à redessiner alors qu’il n’y arrivait plus …

 

Comment puis je juger ce travail ? Qui suis je d’ailleurs pour le faire ?

 

Ce livre est touchant et émouvant… le lecteur perçoit la douleur de l’auteur des dessins, sa détresse face aux événements mais aussi le manque de ses amis…

 

Le 7 janvier est l’anniversaire de Luz. Il est arrivé en retard à la rédaction de Charlie Hebdo, fêtant son anniversaire avec sa compagne. Il a donc échappé à l’attentat.

 

Je n’ai pas versé de larmes à la lecture de cet ouvrage, car le temps a passé, mais je pense que je l’aurai lu lors de sa sortie ou alors à la fin de l’année 2015, cela aurait été difficile.

 

L’auteur nous entraîne dans son intimité, nous voyons donc sa vie dans les moindres détails, même la vie intime qu’il peut avoir avec sa compagne. A certains moments de la lecture j’ai eu l’impression d’être dans du voyeurisme et cela m’a un petit peu gêné (car je n’aime pas cela).

 

Cette BD est forte en émotion car Luz balance vraiment tout ce qu’il ressent… et parfois cela n’a pas vraiment de sens. Et nous ne comprenons pas tout, mais sans doute que Luz non plus. Il semble perdu (ce que je conçois parfaitement) et balance donc ses émotions dans le dessin. Ce livre montre le travail qu’il a effectué pour ne plus avoir peur, mais également pour apprendre à redessiner, grâce notamment à la présence constante de sa compagne.

 

Même si l’ouvrage est empreint d’émotions, il y a aussi quelques notes d’humour qui m’ont fait sourire… la vie continue malgré tout.

 

 

verdict

 

Une BD très particulière, qui ressemble à une thérapie pour le dessinateur. Une BD empreinte d’émotion que je vous conseille de feuilleter (je ne souhaitais  pas noter cette lecture car je trouve cela malsain mais comme c’est un festival j’y suis obligée).

 

Roxou

 

Publicités

9 réflexions sur “¤ Chronique littéraire : Catharsis, Luz ¤

  1. Avant de lire ta conclusion je me disais justement que c’était une forme de thérapie pour Luz. C’est vrai que c’est difficile de juger un tel ouvrage. Il a dessiné pour extérioriser, pour ne pas rester seul avec ce traumatisme. Le but n’est pas de nous fournir des dessins qui vont nous plaire finalement. Belle chronique ! Cette BD pourrait m’intéresser.

    J'aime

  2. Ce doit être un ouvrage vraiment émouvant. Mais je n’aime pas non plus le côté voyeurisme, c’est d’ailleurs pour ça que je lis rarement des témoignages. En tout cas c’est une bonne chose pour lui, dessinateur, d’avoir libéré sa parole de cette manière.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s