¤ Chronique littéraire : Le protectorat de l’Ombrelle T 2 : Sans forme¤

Titre :  Le protectorat de l’Ombrelle : T 2 : Sans forme
Auteur : Gail Carriger
Date de sortie : 2011
Éditions Le livre de poche
Format : Poche
Prix : 7.140 €
Ma note : 17/20

 

Bonjour à tous !

 

Après avoir attendu de longs mois, j’ai décidé de reprendre cette saga, et j’ai donc commencé le tome 2 durant mes vacances de Noël ! Et comme souvent, je me suis demandé pourquoi j’avais tant attendu !

Synopsis gros

 

Miss Alexia Tarabotti est devenue Lady Alexia Woolsey. Un jour qu’elle se réveille de sa sieste, s’attendant à trouver son époux gentiment endormi à ses côtés comme tout loup-garou qui se respecte, elle le découvre hurlant à s’en faire exploser les poumons. Puis il disparaît sans explication… laissant Alexia seule, aux prises avec un régiment de soldats non-humains, une pléthore de fantômes exorcisés, et une reine Victoria qui n’est point amusée du tout. Mais Alexia est toujours armée de sa fidèle ombrelle et des dernières tendances de la mode, sans oublier un arsenal de civilités cinglantes. Et même quand ses investigations pour retrouver son incontrôlable mari la conduisent en Écosse, le repère des gilets les plus laids du monde, elle est prête !

chronique biz

Il m’a fallut quelques pages pour me replonger dans l’univers d’Alexia, notre jeune paranaturel … En effet, cela fait déjà quelques mois que j’ai lu le tome 1 (dont je n’ai toujours pas rédigé la chronique, mais mieux vaut oublier je pense !).

Mais je me suis vite remise dans le sujet! Et il valait mieux car l’auteur ne s’encombre pas d’explications en début de roman ! non non, ici, nous sommes plongés en direct dans l’univers et l’histoire. Donc, mieux vaut ne pas avoir tout oublier  ! Mais les souvenirs sont vite revenus, heureusement.

Après avoir fait un mariage d’amour avec Lord Maccon (Connall), loup garou alpha chef de meute, Alexia assume désormais pleinement sa différence de paranaturel (en bref, elle peut inhiber les loups garou et les vampires). Longtemps complexé, elle s’épanouit désormais dans son rôle d’épouse et de conseillère de la Reine. Mais Lord Maccon a encore du mal à s’habituer à avoir une épouse après avoir si longtemps était seul, et à donc du mal parfois à partager ses préoccupations.

Mais Alexia n’a pas peur de l’affronter, et traverse donc le pays pour aller voir ce qu’il fabrique en Écosse !

 

Pas une minute d’ennui dans cette lecture ! Cela bouge presque tout le temps ! Alexia se retrouve au cœur de différents soucis à régler. Tout d’abord un régiment entier vient s’installer sur sa pelouse, son conte de mari part en vadrouille en Écosse, sa sœur débarque chez elle, et son travaille auprès de la Reine lui prend beaucoup de temps. Quand « quelque chose » commence à empêcher les vampires et les loups garou d’être ce qu’ils sont arrivent à Londres, Alexia se trouve obliger d’enquêter sur le sujet aussi.

 

L’intrigue est assez linéaire dans l’ensemble et j’ai vraiment aimé voir Alexia dans son nouveau rôle professionnel, et surtout, dans son rôle d’épouse. Les deux époux semblent amoureux, et j’ai trouvé cela mignon! Outre l’action, l’humour est très présent dans ce tome ! J’ai vraiment sourit à certains moments, surtout durant les dialogues, car Alexia n’a vraiment pas sa langue dans sa poche ! Certains dialogues sont juste énorme !

 

Initialement, je n’aime pas du tout le steampunk … Mais dans cette saga, les inventions sont amenés de façons légère, et ne prennent pas le pas sur la romance et la bit-lit. Le mélange est subtil, et vraiment réussi je dois dire ! Le steampunk, c’est ce genre qui parlent de machines, de robots (pour les non connaisseurs du genre). Dans ce livre, il est présent dans un nouveau dirigeable par exemple ! Et voici notre héroïne qui s’essaie donc au voyage dans les airs ! J’ai bien aimé cette partie, qui m’a fait voyagé !

 

Une seule petite chose m’a gêné pendant la lecture, c’est les expressions qu’utilises Alexia et Connall pour se parler : ils ont tendance à utiliser les termes « mari » et « femme » pour se désigner entre eux, et je trouve que cela fait un peu étrange.

 

Extrait
-Oh, balivernes, soyez raisonnable Tunstell, nous ne sommes pas dans un mélodrame shakespearien, nous sommes en 1870 : le mariage est une question de pratique. Il doit être traité ainsi.
-Mais Lord Maccon et vous vous êtes marié par amour.
Lady Maccon soupira : -Et comment savez vous cela ?
-Personne d’autre ne supporterait le comte !

verdict

Une lecture presque géniale tellement j’ai adoré retrouvé les personnages! Outre Alexia et Connall, les personnages secondaires commencent à prendre pas mal d’importance, et j’ai hâte de voir où cela va nous mener !

 

La fin par contre, est totalement énorme ! Je ne m’y attendais absolument pas ! Et je pense donc que je ne vais pas attendre longtemps avant de me plonger dans le tome 3 qui est déjà sur ma Kobo !

 

A bientôt,

Roxou

Publicités

6 réflexions sur “¤ Chronique littéraire : Le protectorat de l’Ombrelle T 2 : Sans forme¤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s