¤ Chronique littéraire : L’île aux papillons ¤

Titre : L’île aux papillons
Auteur : Corina Bomann
Date de sortie : 2015
Éditions : Charleston
Format : Ebook
 

 

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, je viens vous parler d’un livre qui m’a vraiment posé soucis en terme de lecture, ce qui est relativement rare !

Je ne sais pas vraiment ce qu’il s’est passé, sachez juste que je l’ai commencé, ait eu du mal à aller jusqu’à 30 % de lecture (je m’endormais dessus) avant de le délaisser pendant deux semaines ! Puis je l’ai repris, et alors, je l’ai dévoré ! Pourquoi ? Aucune idée ? Je pense que quand j’ai entamé ce livre j’avais besoin de légèreté et de rêve, et ce livre ne m’a pas apporté cela ! Mais une fois que j’allais mieux, j’ai totalement adoré l’histoire !

Synopsis gros

 

Juste avant de mourir, Emmely Woodhouse, descendante de la riche famille Tremayne, a laissé à sa petite nièce Diana plusieurs indices sur l’histoire de ses ancêtres, disséminés dans son manoir. Diana décide de découvrir pourquoi son arrière-arrière-grand-mère, Grace, a été déshéritée il y a plus d’un siècle. Une quête qui l’entraînera jusqu’au Sri Lanka, pour un voyage inoubliable.

chronique biz

Nous commençons le livre avec un flash back dans les années 1940 durant la guerre. Nous rencontrons alors trois personnages féminins dont nous ne savons pratiquement rien avant de revenir durant notre époque. J’ai mis beaucoup de temps avant de resituer ces trois personnages, car la généalogie du roman est assez compliquée j’ai trouvé !

 

Retour à notre époque : Diana, est une jeune femme qui vit en Allemagne, et mène une vie prenante avec son métier d’avocate. Quand elle apprend que son mari la trompe, elle fuit en Angleterre chez sa grand-tante. Elle apprend alors que celle ci est gravement malade et se trouve à l’hôpital. Commence alors pour Diana une quête sur le passé de sa famille, donc elle ne connaît pas grand-chose. Sa quête l’amènera à fouiller la demeure famille et à partir au Sri Lanka, dans l’ancienne plantation de thé familiale.

 

Durant sa quête, elle rencontrera Jonathan, un chercheur qui l’aidera à parcourir le pays.

 

Diana découvrira alors les secrets de son ancêtre Grace, qui a débarqué dans le pays avec sa famille en 1887.

Le roman alterne les narrations. Nous suivons en alternance Diana dans sa quête de la vérité, et Grace, qui débarque au Sri Lanka et tente de s’adapter à sa nouvelle vie loin de l’Angleterre.

 

J’ai eu beaucoup, mais alors beaucoup, de mal à entrer dans l’histoire. Certes je n’étais pas dans de bonnes conditions pour découvrir ce roman, mais je pense aussi que j’ai eu du mal à accrocher à l’histoire en début de lecture. En effet, je trouve que l’histoire met beaucoup de temps à démarrer. En voulant distiller les indices doucement, l’auteur m’a perdu dans un amoncellement d’indice dont je ne savais pas vraiment quoi faire ! De plus, la généalogie de Diana m’a perdu également : c’est une généalogie essentiellement féminine à deux branches : et là, je me suis mélangée les pinceaux. J’aurai eu un arbre à ma disposition, cela m’aurait aidé je pense.

 

L’histoire met également beaucoup de temps à ce mettre en place. Nous suivons les deux narrations, mais j’avais un peu du mal à saisir les liens entre les deux jusqu’à tardivement dans le roman…

Une fois que j’ai assimilé la généalogie, et les nœuds importants de l’histoire, je me suis laissée porter par le récit, et j’ai pu apprécier ma lecture, mais cela a pris du temps.

 

L’auteur nous entraîne dans le Sri Lanka anglais de l’époque, et c’est une immersion dans un monde plein de couleur, d’odeurs, de façon de vivre différentes ! C’est un magnifique voyage qui donne envie de s’y rendre soi-même (bien que finalement l’auteur nous entraîne dans le mode de vie anglais dans ce pays, et peu dans le mode de vie autochtone). J’ai soupiré, rêvé, aimé avec Grâce, ce pays que je ne connais finalement pas du tout.

 

Grace et sa famille vivent dans une plantation de thé, et même si ce thé est peu évoqué, cela m’a fait rêvé, étant une grande buveuse de cette boisson…

Grace, a du mal à se faire à l’idée de vivre si loin de l’Angleterre… cependant, au fur et à mesure que les semaines avancent, elle commence à s’intéresser à la plantation, au contact notamment du contremaître, le beau Vickram, un métis dont on sait peu de chose finalement. Entre ces deux là, quelque chose de beau va naître, mais cela ne va pas plaire à tout le monde.

 

Drames et révélations s’enchaînent alors sur la plantation… pour finir en grand secret de famille, secret que Diana tente de démêler 150 ans après !

J’ai apprécié suivre cette quête familiale, même si au final, la découverte du secret de son ancêtre ne change pas grand-chose à la vie de Diana. Mais cette quête est surtout pour notre héroïne une façon de trouver sa place, mais également de faire le point sur sa vie.

 

Les révélations finales arrivent vraiment tard, et j’ai trouvé qu’une d’entre elles était beaucoup trop rapide, presque décevante. Je m’étais vraiment attaché à certains personnages, et j’aurai aimé en savoir plus sur eux.

 

 

Extrait

Vikrama était là, tout près d’elle. Au lieu de ses vêtements de travail ou de son mystérieux costume, il portait une chemise noire dont le col était légèrement ouvert et les manches un peu retroussées. Son pantalon large était également noir. Il n’avait pas de chaussures. On aurait dit un guerrier oriental sorti tout droit d’une des histoires qu’elle avait lues il y bien longtemps. A l’inverse d’eux cependant, Vikrama ne cachait pas son visage. Au clair de lune, sa pâleur contrastait avec ses boucles noires, ses sourcils foncés et sa barbe soignée. Et il était encore plus beau que d’habitude.

verdict

Une histoire que j’ai eu du mal à démarrer mais qui finalement m’a transporté à l’autre bout du monde ! J’ai beaucoup aimé ce voyage temporelle au sein du plantation de thé, et de voir le thé Ceylan prendre de l’importance !

 

Cependant, je me pose une question : est ce que tous les livres des Éditions Charleston sont de ce style : avec une quête du passé et une alternance de narration ? Car c’est le troisième que je lis en peu de temps et j’ai l’impression que c’est un peu toujours le même schéma ?

 

A bientôt,

 

Roxou

4-fleurs

 

Publicités

2 réflexions sur “¤ Chronique littéraire : L’île aux papillons ¤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s