¤ Chronique littéraire : Le protectorat de l’Ombrelle T 5 : sans âge ¤

Titre :  Le protectorat de l’Ombrelle : T 5 : sans âge
Auteur : Gail Carriger
Date de sortie : 2013
Éditions Le livre de poche
Format : Ebook

 

Bonjour à tous !

 

 

Cet article est une petite victoire, car je vais vous parler du tome 5 d’une saga, et c’est le dernier tome ! J’ai donc réussi à terminer une saga ! Victoire ,)

Attention, je vais avoir du mal à éviter les spoilers !

Synopsis gros

Lady Maccon est en pleine béatitude domestique. Une béatitude à peine troublée par la fréquentation de quelques loups-garous de la haute société et celle du second placard préféré d’un vampire, sans oublier un bambin précoce ayant des dispositions incontrôlables au surnaturel…

Mais Alexia vient de recevoir un ordre qu’elle ne peut ignorer. Avec mari, enfant et famille Tunstell au complet, elle embarque à bord d’un bateau à vapeur pour traverser la Méditerranée. Direction l’Egypte, une terre qui pourrait bien tenir en échec l’indomptable Alexia. Que lui veut la Reine vampire de la ruche d’Alexandrie ? Pourquoi un ancien fléau s’abat-il de nouveau sur le pays? Et comment diable Ivy est-elle devenue du jour au lendemain l’actrice la plus populaire de tout l’Empire britannique?

chronique biz

Ce tome se situe environ deux ans après le tome 4 ! Alexia et lord Maccon vivent toujours dans leur maison de Londres où ils ont fait déménagé toute la meute, à proximité de Lord Akeldama pour voir régulièrement leur petite Prudence qui vient d’avoir deux ans. La petite est une enfant précoce et elle a bien besoin de trois parents pour l’encadrer.

 

La famille élargie vit donc heureuse, jusqu’à ce qu’Alexia reçoive une invitation de la reine des Vampires d’Egypte. Elle n’a d’autre choix que d’accepter, et elle entraîne donc famille et amis (Ivy, son mari et ses deux enfants) pour un voyage très particulier.

La Reine des Vampires, semble être le vampire le plus vieux du monde, et elle n’a pas l’air commode ! Dès que la famille met le pied en Egypte, ils sont pris en charge par le vampire bras droit de la Reine, qui gère leur aménagement et leur emploi du temps.

Mais Alexia, Connal et Prudence ne forment pas une famille comme les autres, et le trio fait rapidement peur à tous les surnaturels de la zone.

 

Ce tome clôt de superbe manière cette saga que j’ai adoré ! En effet, l’auteur déplace nos personnages favoris en Egypte, dépaysement garanti, pour une aventure épique, mais en même temps, elle n’oublie par Lord Akeldama, Le professeur Lyall et Biffy qui sont restés en Angleterre. Ainsi, nous suivons les événements au Caire et à Londres en même temps!

 

Ce dernier tome répond à toutes les questions que les lecteurs se posent depuis le début ! Nous en apprenons plus sur le père d’Alexia et sur sa nature de paranaturel ! Depuis le temps que j’espérais en entendre parler. L’Egypte semble être une zone où le paranaturel a vécu a s’est livré à des expériences, et Alexia a hâte d’en apprendre plus.

Nous en apprenons également plus sur la nature d’Alexia, ainsi que sur les « pouvoirs » de Prudence ! Retrouver Alexia et Maccon en parents est juste extraordinaire ! Alexia semble avoir finalement un instinct naturel, et le lecteur découvre Maccon de façon « gaga » et « mignon »… le couple Alexia/Connal est décidément solide et rien n’arrive à les séparer !

 

A Londres, nous suivons Lyall et Biffy et je trouve que ces deux loups sont géniaux !

 

Ce que j’apprécie beaucoup avec cette auteur, c’est qu’elle n’hésite pas à secouer les personnages et à provoquer de grands chamboulements ! Rien n’est défini et l’auteur nous trimbale et nous fabrique un véritable ascenseur émotionnel !

 

L’humour est toujours bien présent dans ce tome et certains moments m’ont beaucoup fait rire ! Prudence est comique, sans le vouloir (elle est encore toute petite).

 

Extrait

– Il vaut mieux s’inquiéter de notre propre survie.

– Comment, que peux-tu bien vouloir dire ? » Alexia se redressa et jeta un regard soupçonneux hors de la voiture. Certes, cela faisait plusieurs années qu’on n’avait pas tenté de la tuer dans un véhicule, mais cela s’était produit avec une surprenante régularité à une certaine époque, et elle n’avait jamais surmonté ses appréhensions envers les calèches depuis.

« Non, non, ma chère, je faisais simplement allusion à la pièce où l’on me traîne.

– Oh, vraiment. Comme si je pouvais te traîner où que ce soit. Tu fais deux fois ma taille.

 verdict

Ce dernier tome finit la saga avec panache, et nous donne toutes les réponses que l’on attendait !

J’ai beaucoup aimé la façon dont l’auteur finit l’histoire de tous les personnages, et je quitte cette saga avec un petit pincement au cœur !

 

A bientôt,

Roxou

4-fleurs

sans-forme

Publicités

4 réflexions sur “¤ Chronique littéraire : Le protectorat de l’Ombrelle T 5 : sans âge ¤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s