¤ Chronique littéraire : L’Arabe du futur – Tome 2 1984-1985 ¤

Titre : L’Arabe du futur 2 – Une jeunesse au Moyen Orient (1984-1985)
Auteur : Riad Sattouf
Date de sortie : 2015
Éditions Allary Editions
Format : Broché

Bonjour !

 

Lors de sa sortie, j’avais beaucoup aimé le premier tome de l’Arabe du Futur. J’avais ensuite acheté le second tome dès sa sortie, mais je l’ai laissé dans ma PAL depuis !

C’est à l’occasion du Challenge Mystère du mois d’avril que j’ai enfin pris le temps de le découvrir ! Ce livre rentre également dans le challenge ABC 2018, ainsi que Sagas 2018 !

 

Synopsis gros

Né d’un père syrien et d’une mère bretonne, Riad Sattouf raconte dans L’Arabe du futur sa jeunesse au Moyen-Orient. Dans le premier tome (1978-1984) le petit Riad était balloté entre la Libye, la Bretagne et la Syrie. Dans ce second tome, qui couvre la première année d’école en Syrie (1984-1985), il apprend à lire et écrire l’arabe, découvre la famille de son père et, malgré ses cheveux blonds et deux semaines de vacances en France avec sa mère, fait tout pour devenir un vrai petit syrien et plaire à son père. La vie paysanne et la rudesse de l’école à Ter Maaleh, les courses au marché noir à Homs, les dîners chez le cousin général mégalomane proche du régime, les balades assoiffées dans la cité antique de Palmyre : ce tome 2 nous plonge dans le quotidien hallucinant de la famille Sattouf sous la dictature d’Hafez Al-Assad. Le premier tome de L’Arabe du futur est un immense succès.

chronique biz

Je ne lis presque jamais de BD, mais c’est avec plaisir que je découvre à chaque fois l’Arabe du futur.

 

Après avoir découvert l’enfance de Riad Sattouf de 1978 à 1984, l’auteur nous propose ici de le suivre durant 1 an : de 1984 à 1985 : c’est l’année de sa rentrée à l’école, et c’est assez perturbant pour l’enfant (et sa mère).

En effet, Riad est un enfant avec une mère bretonne et un père syrien. Et autant dire que sa mère n’a pas l’air de s’habituer au mode de vie Syrien.

 

La rentrée scolaire est particulière pour le petit Riad car il se retrouve coincé entre deux mondes : en effet, il est surpris de la façon dont l’école se passe, de la violence des professeurs, de l’absence de matériel, ainsi que de la partie « formatage politique ». En effet, les professeurs leur apprennent l’hymne syrien de l’époque, ainsi que leur explique la façon dont il faut voter aux élections présidentielles pour Al-Assade (qui sera élu à 100% des voix à cette époque) …

 

Riad part aussi en vacances en France dans sa famille bretonne, et la différence entre les deux mondes n’en ait alors que plus importante…

 

Tout est vu avec un regard d’enfant qui ne comprend pas tout ce qu’il voit, mais ce sont des adultes qui doivent lire en majorité cette BD (enfin j’imagine) et j’avoue que j’ai été sans voix à de nombreuses reprises. Riad est un enfant différent (blond et français au milieu de jeunes bruns syriens) avec une famille mixte. Sa mère est totalement étrangère à ce pays, elle ne comprend pas la langue, ni la religion et n’arrive pas à s’adapter à un mode de vie qu’elle ne comprend pas : pas de meubles, pas de gazinières, pas de travail pour elle ! Je la trouve courageuse, car je ne sais pas si j’aurai pu m’adapter à cette vie.

 

L’auteur rajoute souvent des petites annotations dans la BD pour expliquer ce qu’il se passe, ce que le petit Riad ne comprend pas, le grand Riad nous l’explique ! Son père a fait ses études en France, il est donc un peu imprégné de ses idéaux occidentaux, mais en même temps, il possède des idéaux syriens (ce qui est normal), et cela n’a pas l’air de les faire cohabiter, surtout avec une épouse occidental qui ne comprend pas les Syriens. A un moment, il y a un point sur la justice et j’ai été très choqué !

.

Comme dans le premier tome, les dessins sont simples et colorisés simplement : les fonds rose et rouge se passent en Syrie, tandis que les fonds bleus en France.

.

 

verdict

Ce second tome est aussi intéressant que le premier, et je me demande toujours pourquoi je ne l’ai pas lu avant ! Je trouve qu’il apporte une autre vision de la Syrie, et j’ai apprécié! Surtout que finalement, je connais assez mal ce pays et la vie que les habitants mènent là bas !

 

Roxou

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s