¤ Chronique littéraire : Anno Dracula 1888 ¤

anno dracula

Titre : Anno Dracula t1
Auteur : Kim Newman
Date de sortie : 2012 pour ma version (mais 1999 pour la première)
Éditions Bragelonne
Format : Broché

Bonjour à tous !

 

 Je souhaitai découvrir ce roman depuis des années déjà, sans en prendre le temps. En début d’année, je l’ai donc inscrit dans mon challenge ABC, et l’ai emprunté à la bibliothèque cet été. Et comme c’est un pavé, il entre également dans le challenge mystère du mois d’août.

 

aout 19

abc2019

Synopsis gros

Londres, 1888. La reine Victoria s’est remariée avec le comte Dracula, qui entend répandre le vampirisme dans tout le royaume. Chaque soir, au crépuscule, les non-morts poursuivent les sang-chauds pour leur donner  » le baiser des Ténèbres  » et boire le sang qui leur assure l’immortalité. La terreur règne, toute révolte est impitoyablement réprimée, mais un mystérieux tueur au scalpel d’argent, en s’attaquant aux prostituées vampires, menace la stabilité du nouveau régime.

chronique biz

Avant de commencer, je précise que je n’ai jamais lu Dracula et même si cela me fait très envie depuis longtemps, je ne pense pas sauter le pas encore car le côté « horreur » me fait un peu peur (je suis assez sensible aux cauchemars). Mais quand même voulu découvrir ce roman, qui part du postulat que Dracula est toujours vivant après la fin du roman du même nom, et qu’il vient d’épouser la Reine Victoria en Angleterre. 

 

Il y a deux raisons principales pour lesquelles j’ai souhaité le lire : j’adore la bit-lit (notamment Anne Rice, donc pas que de la bit-lit NA) et en plus, j’adore la période victorienne !

 

Et franchement, ce roman tient ses promesses. L’auteur nous emmène dans un passé alternatif (enfin alternatif dans le sens où les vampires existent )où le pouvoir commence à pencher vers les vampires, et les humains se sentent de moins en moins maitre de leur pays. Le pouvoir est aux mains de Dracula et de son entourage proche, qui fait subir aux humains un sort peu enviable et qui a tendance à freiner l’avancée sociale du pays (avec une moralité un peu coincée). Les deux espèces/peuples (je ne sais pas trop comment les qualifier) tentent de vivre en harmonie mais ce n’est pas évident car certains humains ne supportent plus cette domination et certains vampires veulent devenir l’espèce dominante.

 

Quand une série de meurtres particulièrement sanglante de prostituées vampires commence, humains et vampires vont tous tenter de découvrir ce qu’il se passe, en remuant des choses peu reluisantes…. L’intrigue du roman est intéressante, et j’ai bien aimé voir comment l’auteur a positionné les vampires dans cette époque et en n’étant plus une espèce de l’ombre. Ils sont vraiment bien intégrés dans le roman et j’ai aimé voir les interactions humains/vampires, notamment chez ceux qui étaient un peu trop rigoureux et qui se rendent finalement compte que ce sont des êtres vivants et pas tous des monstres. La partie intrigue/histoire m’a donc beaucoup plu. Au niveau de personnages, il y en a beaucoup, et certaines petites histoires se croisent au milieu de la grande, et j’ai donc mis quelques temps à différencier les personnages. Surtout que certains ont des noms compliqués, notamment ceux qui sont venus des Carpates avec Dracula, Dracula que l’on ne voit quasiment pas dans le livre d’ailleurs. Donc, j’ai failli couler durant les premiers chapitres.

 

Maintenant, le gros point négatif du roman est sa lenteur. Il ne se passe pas grand chose pendant les deux premiers tiers du roman et c’est vraiment peu palpitant à lire. J’ai d’ailleurs mis plusieurs semaines à le lire tellement parfois cela ne me motivé pas à le lire. Je trouve que c’est bien dommage. 

 

Et dernièrement petit point négatif, je trouve la fin un peu abrupte. Alors que la majeure partie du roman est lente et très descriptif, j’aurai aimé quelques pages supplémentaires pour savoir ce que devenait les personnages. Ce roman a deux suites, mais pas à la même époque et ni au même endroit donc je ne pense pas que nous verrons les personnages.

 

Extrait

 

Geneviève avait entendu cent théories sur l’identité de Scalpel d’Argent. C’était un cordonnier affublé d’un tablier en cuir, un juif polonais pratiquant des sacrifices rituels, un marin malais, un dégénéré venu du West End, un vacher portugais, le fantôme de Van Helsing ou de Charles Peace. Il était médecin, adepte de la magie noire, prêtre ou accoucheur. A chaque nouvelle rumeur des innocents étaient molestés par la foule.

 

verdict

Un live qui m’a assez plu, mais il faut s’accrocher pour le finir car il est très lent … j’ai apprécié la partie victorienne de l’histoire, mais également la projection de l’autrice qui imagine une société où les vampires sont devenus l’espère dominante.

 

Roxou

4-fleurs

Publicités

4 réflexions sur “¤ Chronique littéraire : Anno Dracula 1888 ¤

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.