Le vent se lève

 

Chers lecteurs,

 

Le mardi, tradition oblige, c’est cinéma : et cette semaine, j’ai été voir le dernier Miyasaki.

 affiche

 

Synopsis

 

Inspiré par le fameux concepteur d’avions Giovanni Caproni, Jiro rêve de voler et de dessiner de magnifiques avions. Mais sa mauvaise vue l’empêche de devenir pilote et il se fait engager dans le département aéronautique d’une importante entreprise d’ingénierie en 1927. son génie l’impose rapidement comme l’un des plus grands ingénieurs du monde. Le Vent se lève raconte une grande partie de sa vie et dépeint les événements historiques clés qui ont profondément influencé le cours de son existence, dont le séisme de Kanto en 1923, la Grande Dépression, l’épidémie de tuberculose et l’entrée en guerre du Japon. Jiro connaîtra l’amour avec Nahoko et l’amitié avec son collègue Honjo. Inventeur extraordinaire, il fera entrer l’aviation dans une ère nouvelle.

 

Ce film, est le dernier du réalisateur japonais Miyasaki. Dernier dans les deux sens du terme, le réalisateur ayant annoncé sa volonté de se retirer des studios Gibli.

Le réalisateur de génie, nous propose ici de nous éloigner de l’imaginaire (le Château Ambulant, le Château dans le ciel…) pour plonger dans un monde plus réel, l’histoire de Jiro Horikoshi, célèbre ingénieur d’aéronautique japonais.

 le vent se l_ve 1

 

Un film plus réaliste ….

 

 

Miyasaki a accompagné toute mon adolescence avec ses films sortis tout droit de son imagination, et ce qui me plaisait chez lui ! Son monde coloré, poétique….

 

Dans « Le vent se lève », le réalisateur change ses habitudes et nous présente un film plus terre à terre.

 

Jiro est un petit garçon rêveur mais qui ne peut pas atteindre son objectif a cause de sa mauvaise vue. Que cela ne tienne. Il deviendra ingénieur pour crée des avions et suivre ainsi les chemins de son idole Caproni…

 

Un conte où Jiro est présenté comme un doux rêveur, un inventeur de génie et un amoureux…

L’histoire est très joliment raconté, les images sont magnifiques (comme toujours) et la bande son douce.

Mais je n’ai pas trouvé mon bonheur au visionnage de ce film… je l’ai trouvé long, lent, et ce n’est pas ce que j’attendais de Miyasaki.

Tout d’abord parce que ce que j’aime chez lui, c’est justement la magie qu’il influe dans ses films : l’imagination, les magiciens, le côté écolo…. j’adore et j’aurai aimer retrouver cela pour une dernière fois.

 

Puis, le film est vraiment long. 2H, alors qu’au final il n’y a pas d’actions, c’est trop ! L’histoire d’amour entre Jiro et Nahoko est longue à se mettre en place, c’est mou !

 avion

Et pour finir, je trouve que ce film est dérangeant. En effet, il met en avant un inventeur de génie, certes, sauf que cet inventeur a travaillé au moment de la Seconde Guerre Mondiale, et il a crée des avions très meurtriers. La question se pose, assez souvent d’ailleurs : doit- on tenir pour responsable l’inventeur de l’usage qu’est fait de son invention ?

Peut-être pas, mais de là à faire un film en hommage à cette invention, cela m’a géné. Surtout que les bombardements en Amérique sont évoqués, et j’ai trouvé cela bof bof.

 

Le jeune homme et ses amis passent leur temps à fumer, à notre époque, c’est un peu mal venu. De plus, je note que Jiro fume même en présence de sa femme, tuberculeuse… bref, cela m’a gêné.

Un film plus réaliste ….

 

Miyasaki sait nous parler de choses difficiles en imageant… le séisme de Kanto est évoqué de façon à nous faire travailler notre imagination, avec un grondement atroce et des mouvements de caméra, la guerre et l’Allemagne sont évoquées, mais sans rentrer dans les détails…

Ma note : 6/10

 

Un film que j’attendais avec impatience, et qui m’a énormément déçu ! En effet, je m’attendais à vivre un moment plongé dans un monde imaginaire et je me suis retrouvé pendant 2h à regarder un film long, lent, et qui m’a mis mal à l’aise pour les raisons évoquées un peu plus haut.

 

Mais je sais que c’est également un peu ma faute. Ce film ne doit pas être regarder comme un film « traditionnel » à la Miysaki ! Non, en fait, il faut le regarder comme un film d’animation sympa, coloré et très beau, évoquant un moment assez sombre du Japon, et même de la planète entière.

 

 

Publicités