¤ Chronique littéraire : Par amour ¤

Titre : Par amour
Auteur : Valérie Tong Cuong
Date de sortie : 2017
Éditions Le livre de poche
Format : Poche

 Chers lecteurs,

 

Si un de mes collègues ne m’avait pas parlé de ce livre, je ne l’aurais probablement jamais lu… Le sujet est sombre et ce n’est pas vraiment ce que je cherche dans mes lectures ! La couverture ne m’aurait pas non plus attiré dans une librairie ! Et pourtant, c’est surement une des plus belle découverte livresque de mon début d’année !

Synopsis gros

Pour protéger les siens des absurdités de la guerre, il ne reste parfois que l’énergie de l’amour et la force du sacrifice… Retraçant le destin de deux familles emportées dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale, cette fresque puissante, envoûtante, nous conduit du Havre à l’Algérie et met au jour un pan méconnu de notre Histoire.

chronique biz

Il y a 6 ans, j’ai été muté au Havre, sans avoir vraiment le choix ! Autant dire que j’étais dévasté … car je n’avais que des images négatives au sujet de cette ville ! Et maintenant, alors que je me prépare à la quitter, je suis aussi triste que quand je suis partie … ville martyre des années de guerre, elle s’est reconstruit comme elle pouvait et elle a survécu !

 

Et il est impossible de comprendre cette ville sans tenter d’en savoir plus sur ce qu’elle a vécu durant les années de guerre, notamment entre 1940 et 1944. Ville française la plus détruite après la guerre, plus de 80% de ses bâtiments sont tombés, et une large partie de la population est à la rue !

Ce roman va aborder ces années de guerres, de la déclaration de guerre avec l’Allemagne jusqu’à la capitulation finale en 1945. Et autant dire que ce roman n’est pas un roman facile à lire ! Et j’ai eu les larmes aux yeux durant une grande partie de ma lecture, surtout dans les chapitres évoquant la destruction finale de la ville !

 

Nous suivons une famille havraise : Emélie et Muguette sont sœurs : elles sont mariées à Joffre et Louis et ont chacune deux enfants. Emélie et Joffre ont Jean et Lucie; Muguette et Louis ont Joseph et Marline. Tous les 8 vont vivre de façon différentes le début de la guerre : Joffre et Louis sont envoyés sur le front, tandis que les deux sœurs et les enfants doivent faire face aux bombardements et aux restrictions seuls… quand les Allemands s’installent au Havre, les restrictions sont de plus en plus fortes et les Anglais commencent à bombarder la ville ! C’est 4 ans de bombardements sont interruptions que les havrais vont vivre, jusqu’aux terribles événements de septembre 1944 qui marqueront à jamais la ville !

 

Vivre ces années de guerre avec sa famille fut éprouvant ! Je n’ose même pas imaginer ce que cela fait de vivre avec la peur permanente des bombes et des allemands… Nous assistons à la vie quotidienne, mais également aux faussées qui se creusent entre les personnes : ceux qui se révoltent et ceux qui acceptent l’occupation. Je ne fais aucun jugement car personne ne peut savoir comme il réagirait dans de pareils situations, mais j’ai trouvé cela intéressant que l’auteur évoque ce genre de choses, dont finalement on ne parle jamais (ou si peu). Même dans ma famille, presque personne ne parle de la guerre et de l’occupation…

Les personnages vont vivre des choses difficiles : les restrictions sont telles que les gens n’ont pas assez à manger et non plus de force et leur santé décline. Muguette tombe gravement malade, et Emélie décide d’envoyer ses neveux en Algérie pour les protéger ! Nous avons donc également la vision de la guerre et de l’occupation côté Algériens ce que j’ai trouvé intéressant … nous découvrons aussi le racisme qu’il y a dans ce pays doublement occupé entre les français métropolitains et les français algériens.

 

Ce roman raconte la même histoire, mais à plusieurs voix : les chapitres alternent entre tous les personnages… chacun raconte une partie de l’histoire, et nous avons ainsi différents points de vues, différents selon les âges des personnages.

Extrait

 

Nos gorges étaient trop serrées pour acclamer nos libérateurs, puisqu’ils étaient aussi nos assassins. Les soldats canadiens s’étaient dispersés dans les ruines, contemplant l’effroyable tableau de notre ville presque effacée, nous ne leur en voulions pas, au moins ceux-là avaient combattu, mais il était impossible de ne pas laisser éclater notre chagrin et notre haine, haine envers Wildermuth qui avait refusé de se rendre, haine envers les Anglais qui avaient refusé notre évacuation avant de nous broyer, et dont beaucoup pensaient qu’ils avaient sacrifié nos vies, au mieux pour opérer un coup d’éclat dont ils n’avaient nul besoin au regard du maigre contingent allemand, au pire pour éliminer le plus beau port d’Europe parce qu’il leur faisait de l’ombre.

Le Havre était libérer, nous étions soulagés.

Mais nous portions un deuil impossible à guérie. verdict

Ce livre est poignant : il nous raconte une parie de notre Histoire que nous avons tendance à enfouir au fond de notre mémoire, mais qui est encore visible dans ma région : chaque grande ville a payé un lourd tribut lors de la dernière guerre, et accepter cela nous permet de mieux les comprendre ! La Normandie a souffert, et je trouve que ce roman lui rend hommage !

De plus, dans la littérature et le cinéma, nous voyons/lisons souvent des histoires de la guerre, mais plutôt avec une vision de la Résistance. Ici, c’est une vision plus réaliste que l’auteur nous offre, avec des personnages normaux, qui résistent mais de façon plus discrètes, en protégeant des voisins par exemple.

Et finalement, c’est ce que j’ai apprécié dans ce roman : l’auteur nous montre la vie quotidienne durant l’occupation …

 

Un livre indispensable !

 

A bientôt,

Roxou

Nb : Le Havre a la réputation d’être une ville sombre et « carré » dans sa construction ! Et effectivement, son architecture est très particulière, mais désormais, elle est reconnue comme unique car tout son centre ville est classé à l’Unesco. Alors en bonus, je vous montre quelques images de la ville … c’est une ville très agréable, qui a la chance presque unique d’avoir une gigantesque plage en son centre !

Publicités

Une réflexion sur “¤ Chronique littéraire : Par amour ¤

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.