¤ Chronique littéraire : Tu comprendras quand tu seras plus grande ¤

Titre :  Tu comprendras quand tu seras plus grande
Auteur : Virginie Grimaldi
Date de sortie : 2017
Éditions Le livre de poche
Format : Poche

 

Bonjour à tous !

Cela fait quelques temps que je lis des chroniques sur Virginie Grimaldi toutes très enthousiastes, et j’ai enfin sauté le pas en tentant de roman, qui fait un bien fou ! Et sans m’en apercevoir, j’augmente mon score au baby challenge Chick lit 2017 !

Synopsis gros

A 32 ans, Julia, psychologue ne croit plus au bonheur. Après avoir perdu surccessivement son père, son fiancé et sa grand-mère, elle se laisse aller sans réagir. Jusqu’au jour où elle répond, sur un coup de tête, à une offre d’emploi de thérapeute en maison de retraite à Biarritz.

chronique biz

Comme j’avais entendu beaucoup de bien de l’auteur, j’ai commencé ma lecture complètement confiante et je n’ai pas été déçue !

 

Julia est en dépression : depuis plusieurs mois elle dort sur le canapé de sa meilleure amie à Paris et ne fait plus grand chose ! Elle décide de changer d’air et part donc s’installer à Biarritz pour remplacer la thérapeute qui part en congé maternité !

Elle n’y va pas de gaieté de cœur car elle n’apprécie pas les personnes âgées…

 

Julia s’installe donc dans un petit appartement de fonction au sein de la maison de retraite et commence son nouveau travail.

 

Les Tamaris est une maison de retraite de petite taille avec assez peu de résidents… le tout dans un environnement sympathique au bord de l’océan Atlantique. Alors que Julia commence le travail sans vraiment penser y prendre plaisir, elle va tout doucement s’attacher aux résidents des Tamaris, et se rendre compte qu’ils ont beaucoup de choses à s’apprendre mutuellement.

 

L’auteur nous fait donc rencontrer tout un panel de personnages différents, et très attachants ! Nous avons bien sur Julia, qui fuit sa vie et les deuils qu’elle vient de traverser. C’est un personnage déprimé en début de roman mais qui va se relever doucement grâce à son travail; à ses nouveaux collègues mais aussi les pensionnaires. Je peux comprendre son choix de vouloir tout quitter pour faire une « pause » dans sa vie, mais je n’ai pas vraiment compris (du moins durant la grande partie du roman), pourquoi elle refusait de dire où elle était à sa famille. Les collègues de Julia sont géniaux, et ils m’ont fait beaucoup rire !

Concernant les pensionnaires, ils sont tous différents, et cela crée une grande richesse de personnages (comme dans la vraie vie en fait !) : nous avons le papy grincheux, le vieux couple toujours très amoureux, la super mamie, le gang des mamies… Julia va finalement s’investir et s’attacher à ses pensionnaires et va tout faire pour les aider. Mais est ce vraiment la thérapeute qui va les aider, ou les patients qui vont aider la thérapeute ?

Entre les résidents et Julia, une relation de confiance presque amicale va se nouer, et la maison de retraite va devenir sa nouvelle maison, qu’elle n’a plus vraiment envie de quitter …

 

Ce livre fait du bien! Il ne commence pas forcement de façon joyeuse avec Julia qui doit affronter deux deuils ainsi qu’une séparation en même temps. Dans ce roman, nous suivons donc la reconstruction lente du personnage : elle ne va pas se réveiller d’un coup avec la pêche. Cela va prendre du temps, par petit moreau, petite victoire à chaque fois…

C’est un roman sur le deuil, la reconstruction… mais ce n’est pas un roman triste, bien au contraire : ce roman nous raconte la construction du bonheur, l’importance d’avoir nos proches à proximité, l’importance de profiter de chaque moment …

 

Extrait

-La dame, eh ben, elle a les mêmes joues que Cookie.

La petite Héloïse, quatre ans, scrute attentivement la petite Arlette, quatre-vingt-douze ans qui, par bonheur, a oublié ses prothèses auditives.

– Qui est Cookie ? je lui demande.

– Eh ben c’est mon chien ! Il a les babines qui pendent et qui bavent, comme la mamie.

Héloïse n’a pas encore découvert la diplomatie, mais elle possède déjà un sens certain de l’observation.

 

 

 verdict

J’ai adoré ce roman ! La plume de l’auteur, que je découvre à travers cette histoire, m’a fait voyager à travers de multiples émotions, et je trouve que la fin est géniale : déjà je ne m’attendais pas à cela, et Virginie Grimaldi évite les clichés ce que j’ai beaucoup apprécié !

 

 

A bientôt,

Roxou

 

Publicités

10 réflexions sur “¤ Chronique littéraire : Tu comprendras quand tu seras plus grande ¤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s